Bruichladdich : le whisky des mauvaises nouvelles ?

Voilà le genre de campagnes qu’on risque peu de voir, et encore moins dans un contexte Evin comme la France.

J’ai repéré ça sur Ads of the World, il s’agit d’un projet réalisé par les élèves de la Miami Ad School à Madrid. A priori pas une vraie campagne donc, mais intéressante tout de même, car elle dénote sans doute ce que la publicité pour les spiritueux pourrait donner si on donnait carte blanche à des créatifs, et si on se libérait de toutes contraintes éthique ou légale.

L’idée : Bruichladdich, c’est du lourd, de la tourbe à 50% vol, et par conséquent – ici du moins – ce serait la boisson de choix pour les nouvelles les plus dures. Je vous laisse juger.